Catalogue numérique des ressources silvestres de l’Alentejo

Le catalogue numérique des entreprises, produits et services soutenant la promotion internationale de la chaîne des ressources silvestres de l’Alentejo est disponible en ligne, sur https://alentejonaturalproducts.pt

Il s’agit d’une action du projet “Internationalisation des ressources sauvages 2020” soutenu par le programme PROVERE. Il est traduit en 3 langues (espagnol, français et anglais).

Produit par NERBE/AEBAL – Association des entreprises du Baixo Alentejo e Litoral, en partenariat avec ACIECALM – Associação Comercial, Industrial e Empresarial do Concelho de Almodôvar, ADCMoura – Associação para o Desenvolvimento do Concelho de Moura, ARPTA-Agência Regional de Promoção Turística do Alentejo, Turismo do Alentejo, ERT, la municipalité d’Almodôvar et la municipalité de Mértola, il s’adresse aux entreprises, établies dans l’Alentejo, qui produisent et/ou commercialisent des produits et services provenant des ressources silvestres, à savoir le miel et ses dérivés, les champignons, le figuier de Barbarie, l’arbousier, les plantes aromatiques et médicinales, les ressources cynégétiques et les ressources halieutiques en eaux intérieures, et qui souhaitent internationaliser leur activité sur les marchés allemand, espagnol, français et néerlandais.

Pour rejoindre ce catalogue, il suffit aux entrepreneurs intéressés de remplir un bref formulaire sur la plateforme.

Outre le catalogue numérique, les partenaires du projet développent également :

– Des guides de marché pour soutenir l’internationalisation du secteur des ressources silvestres pour les marchés cibles ;

– Des actions de prospection internationale auprès de marchés cibles, pour identifier les opportunités de marché pour le secteur ;

– Des visites de prospection dans la région de Alentejo pour découvrir l’offre régionale, via un programme de visites et de rencontres b2b avec des entreprises du secteur ;

-Des participations à des foires internationales, pour la promotion des ressources silvestres de la région Alentejo.

Les partenaires souhaitent que ce projet contribue à promouvoir la compétitivité du secteur des ressources silvestres, en tant qu’initiative durable axée sur le territoire, en améliorant le succès de l’internationalisation de ses PME, par le développement de mécanismes innovants pour la prospection, la connaissance et l’accès aux marchés internationaux et la stimulation d’initiatives collectives innovantes.

Nourrissez qui vous nourrit

L’agriculture lance une plateforme numérique qui rapproche le producteur et le consommateur

La campagne Alimente quem Alimenta (nourrissez ceux qui vous nourrissent) a pris une autre dimension et, en raison de l’impact de la pandémie de COVID-19, le ministère de l’agriculture renforcera la proximité du producteur avec le consommateur, afin de rationaliser le gaspillage des produits. Rappelons que cette campagne vise, avant tout, à appeler à une consommation responsable et consciente de produits locaux, frais, sûrs et de qualité et, dans le même temps, à remercier tous ceux qui, au quotidien, œuvrent au fonctionnement normal du secteur agroalimentaire et de sa chaîne d’approvisionnement.

Dans ce contexte et afin de faciliter la commercialisation de ces produits, qui jouent également un rôle clé dans la garantie d’une alimentation saine et équilibrée, le ministère de l’agriculture, en partenariat avec ses agences, la fédération Minha Terra, les groupes d’action locale et les municipalités, a lancé la plateforme www.alimentequemoalimenta.pt, à partir de laquelle :

– Tout producteur, de manière simple et rapide, peut s’inscrire pour faire connaître ses produits et paniers disponibles pour la commande/livraison (et les conditions associées) ;

– Tout consommateur peut, en tout confort et en toute sécurité, effectuer une recherche par département et par produit (biologique ou non) et, de cette manière, identifier les producteurs de sa région et commander leurs produits.

Cette plateforme, qui met l’innovation au service du secteur, site a pour mission de faire place à une nouvelle solution pour tous et est en ligne dès aujourd’hui.

Pour plus d’informations, consultez le site www.alimentequemoalimenta.pt.

Mezze Portugal By Bread A Bread – Intégration Des Réfugiés Du Moyen-orient

« Ce que nous apportons à la table, ce ne sont pas seulement des plats savoureux préparés par des mains pleines d’histoires. Nous apportons également l’inclusion, la solidarité et la tolérance. »

Un autre projet par et pour les réfugiés, principalement de Syrie. « Nous avons demandé à une étudiante syrienne vivant à Lisbonne ce qui lui manquait le plus. Elle a répondu : « Du pain syrien ! » Ce fut le point de départ d’un projet d’intégration absolument pionnier au Portugal : un restaurant de cuisine arabe, Mezze, où des réfugiés du Moyen-Orient reçoivent une formation et un emploi. Cela permet de tirer parti des compétences que de nombreuses femmes et jeunes gens apportent avec eux et de leur donner les outils nécessaires pour que leur travail – et leur identité – soit valorisé, créant ainsi des solutions d’employabilité durable et contribuant à une véritable inclusion.

Mezze signifie s’asseoir à table avec des amis et la famille, et partager des collations et des conversations. C’est un festin de petits plats colorés et appétissants où le pain ne manque jamais, à déguster avec le temps. Et c’est le partage qui fait ce projet, de l’association Pão a Pão, afin de donner du travail et de la stabilité à un groupe de 10 réfugiés, principalement syriens. Ils ont commencé par organiser des dîners de groupe au marché de Santa Clara, mais ont rapidement évolué vers l’ouverture d’un restaurant. Non seulement parce qu’il n’y a pas de restaurants syriens à Lisbonne, mais aussi parce que l’existence d’un tel restaurant servirait plusieurs objectifs : aider à réintégrer les gens (« Le Portugal a beaucoup de mesures pour accueillir les réfugiés syriens, mais pas beaucoup quand il s’agit de les réintégrer dans la société ») et montrer aux Portugais leur culture. Outre la gastronomie, ils organisent également des ateliers et des débats, qui contribuent à rapprocher les gens, à réduire l’ignorance et à faire tomber les préjugés.

Mezze a ouvert à Lisbonne, dans le marché d’Arroios, en septembre 2017. Elle a été citée comme un exemple de réussite en matière d’intégration des réfugiés, notamment par le Premier ministre António Costa, le Président de la République Marcelo Rebelo de Sousa et le Commissaire européen à la migration, aux affaires intérieures et à la citoyenneté, Dimitris Avramopoulos. L’association Pão a Pão a également remporté le prix de l’entrepreneuriat social de la Fondation PSA – Peugeot Citroën (France) et a obtenu un financement du Julia Taft Refugee Fund.

Mezze

par Associação Pão a Pão – Intégration des réfugiés du Moyen-Orient

paoapao@mezze.pt
facebook.com/paoapao.associacao
instagram.com/mezze_portugal

https://www.mezze.pt/

Faites de la nourriture, pas la guerre

Make Food Not War vise à rassembler la communauté autour d’une cuisine végétarienne et de musiques traditionnelles du Moyen-Orient, d’Afrique et d’Amérique du Sud. De la nourriture faite avec le cœur par des réfugiés et des migrants vivant à Lisbonne.

La gastronomie du monde pour intégrer les réfugiés

Le projet « Make Food Not War » organise des dîners axés sur la cuisine moyen-orientale, africaine, sud-américaine et asiatique. En plus d’offrir de délicieux repas, le projet sert également de plateforme d’intégration et d’autonomisation des réfugiés et des migrants vivant au Portugal. Fondée en octobre 2016 en réponse à la situation de guerre en Syrie, par Paulo Alvares, qui connaissait déjà plusieurs projets sociaux utilisant la gastronomie du Moyen-Orient pour aider financièrement les réfugiés. Il rejoint l’Associação Crescer et la Cozinha Popular da Mouraria (CPM) et les arômes du Moyen-Orient envahissent la cuisine.

Cozinha Popular da Mouraria, à Lisbonne, est un espace d’intervention sociale qui fonctionne comme un centre multiculturel de partage et d’apprentissage, où tout le monde cuisine et mange ensemble. Par le biais de diverses activités destinées à la communauté locale, le projet favorise l’esprit d’entreprise et la socialisation et encourage également la production locale, en luttant contre le gaspillage alimentaire.

La principale devise du projet « Make Food Not War » – La nourriture comme vecteur de changement social – est d’inviter les réfugiés et les migrants vivant à Lisbonne à cuisiner les plus délicieuses spécialités de leur région, qui sont ensuite servies lors de déjeuners et de dîners mensuels dans diverses associations du quartier historique de Lisbonne. Ici, le lien avec la communauté est à nouveau renforcé, puisque les lieux qui ouvrent leurs portes à Make Food Not War ont invariablement une nature associative, qui dynamise également la communauté locale de Lisbonne. Le Grupo Sportivo Adicense et la Sociedade Boa-União, à Alfama, ou le Grupo Desportivo da Mouraria sont quelques-uns des lieux qui ont accueilli l’initiative.

« Pour commencer, nous avons organisé un « Master Chef arabe », auquel ont participé 25 personnes originaires d’Irak, de Palestine, d’Afghanistan, de Syrie et d’Érythrée. Parmi eux, des groupes de cinq personnes ont été formés et, après des castings, un premier groupe de chefs a été choisi pour cuisiner à la Cozinha Popular da Mouraria », a déclaré Paulo Alvares. L’argent récolté lors des repas (entrées, soupe, divers plats principaux, desserts et boissons) est distribué aux réfugiés. La fonction principale du projet est précisément d’aider financièrement les personnes dans le besoin, jusqu’à ce qu’elles trouvent un emploi. « Quand nous voyons que leur vie est sur la bonne voie, nous appelons un autre groupe ».

Les premiers déjeuners étaient servis uniquement pour les amis jusqu’au jour où le Président de la République a frappé à la porte. Marcelo Rebelo de Sousa s’est assis à la table pour soutenir la cause et, bien sûr, pour manger, ce qui a beaucoup aidé à la diffusion du projet.

« Nous n’avons pas fait de crowdfunding, nous n’avons pas demandé le soutien du gouvernement ou de la Chambre ou de qui que ce soit. Nous n’avons pas non plus demandé de financement. Nous n’avons pas non plus dit que nous allions aider les migrants et les réfugiés. On l’a fait d’abord et ensuite, oui, on a parlé. Nous avons investi le peu d’argent que nous avions et nous sommes allés de l’avant, et trois ans plus tard, nous allons toujours de l’avant. Nous avons créé des ponts de dialogue au lieu de murs de discorde. Nous avons créé un contact entre les gens où la nourriture traditionnelle était le lien entre les différentes cultures. Les recettes de ces événements sont destinées aux migrants et aux réfugiés ainsi qu’à tous ceux qui y travaillent. Nous avons donné le mot d’ordre pour l’émergence d’autres entreprises dans ce domaine, comme Mezze, Tayybeh, etc. Et comme la situation des réfugiés et des migrants ne se limite pas au Moyen-Orient, nous sommes passés à d’autres latitudes. Événements au Venezuela, au Ghana et au Nigeria. – Faites de la nourriture, pas la guerre

Contacts et réservations :

https://www.facebook.com/makefoodnotwar17/

makefoodnotwar17@gmail.com

Campagne « Food ! – Politiques publiques locales pour le droit à une alimentation adéquate

Le partenariat du projet « AlimentAÇÃO ! – Le projet « Circuits agroalimentaires courts pour le droit humain à une alimentation adéquate », financé par le Réseau rural national mesure/PDR2020, a lancé aujourd’hui, 16 mars, la campagne AlimentAÇÃO ! – Campagne sur les politiques publiques locales pour le droit à une alimentation adéquate.

 Les circuits agroalimentaires courts et les systèmes alimentaires locaux ont récemment gagné en importance dans nos vies, puisqu’ils nous permettent d’acheter des produits frais sans quitter notre domicile ou avec moins de déplacements, contribuant ainsi à la revitalisation de l’économie locale et au soutien de l’agriculture familiale. La nourriture est un droit de l’homme !

Ces dernières années, le Portugal a créé des réglementations conformes aux traités et conventions internationaux pour garantir le droit à l’alimentation et les consolider dans les politiques publiques, comme la création du Conseil national de sécurité alimentaire et nutritionnelle. Mais il est important de passer du papier à l’action.

Ce n’est qu’avec une forte perception positive de l’avenir que l’on peut créer les conditions de l’émergence de nouveaux agriculteurs et agricultrices, dotés de la créativité et des compétences nécessaires pour développer des modèles de production et de commercialisation agricoles capables de répondre aux besoins alimentaires locaux et de prendre une importance particulière dans la chaîne de distribution. Les politiques publiques ne devraient pas être régies par des quotas et la logique du marché, mais par la satisfaction des besoins humains.

Vous trouverez plus d’informations sur le projet FOOD ! à l’adresse suivante : www.animar-dl.pt.

Des produits de qualité au cœur d’un projet européen

La qualité et les appellations d’origine sont à l’honneur

Les différentes activités réalisées avaient pour thème commun les processus de qualité et les appellations d’origine des produits alimentaires et la signification des sceaux de certification en fonction de la réalité des pays représentés

L’huile d’olive Moura, produite par la coopérative agricole Moura et Barrancos, a été choisie dans la présentation de la délégation portugaise comme exemple de produit local certifié, qui s’est terminée par une séance de dégustation, accompagnée de pain et de miel d’Alentejo, très appréciés des participants.

Dans ce domaine, des visites d’étude ont été effectuées dans deux maisons de production de vin afin de connaître l’histoire, le terroir et le savoir-faire, mais aussi les problèmes et les défis, notamment ceux liés au changement climatique, ainsi qu’à une unité d’élevage d’esturgeons et de production de caviar, en attente de certification IGP (Indication Géographique Protégée)

Cette rencontre a également permis de questionner : Comment rendre accessible une alimentation de qualité, produite localement et respectueuse de l’environnement ? Comment pouvons-nous sensibiliser aux défis de l’alimentation à l’avenir ?

En réponse à ces enjeux, cette rencontre a donné la possibilité de développer des compétences par l’échange de bonnes pratiques et de connaissances sur l’alimentation durable, la production locale et la valorisation du patrimoine autour de 4 axes :

1. Découvrir les pratiques du patrimoine culinaire et gastronomique dans les domaines de l’alimentation durable et la valorisation des productions locales ;

2. Sceaux de certification de la qualité et de l’origine ; Questions sociales et alimentation durable ; Patrimoine alimentaire local ; Tendances en matière de consommation et de distribution des produits locaux ;

3. Outils pour proposer des idées innovantes et collaboratives afin d’améliorer et de valoriser leur patrimoine alimentaire local, en travaillant en mode projet ;

4. Une découverte enrichissante de l’héritage culinaire du sud de l’Europe.

Marktschwärmer : La plateforme de marketing direct pour les produits alimentaires régionaux ouvre sa 100e Schwärmerei à Rosenheim

Marktschwärmer ouvre la première Schwärmerei en Allemagne en juin 2014 à Cologne-Ehrenfeld. La plateforme numérique de marketing direct vise à permettre à chacun d’accéder à des aliments régionaux afin de contribuer à la construction d’un système alimentaire équitable et durable. En décembre 2020, Marktschwärmer franchit une étape importante : la 100e Schwärmerei ouvre ses portes à Rosenheim, en Bavière. Compte tenu des circonstances, l’entreprise sociale célèbre ce succès à petite échelle, mais non sans attirer l’attention sur l’importance croissante d’un approvisionnement de base régional et durable.

L’objectif de Marktschwärmer est de promouvoir un accès équitable au marché pour les agriculteurs et les artisans de l’alimentation et de leur permettre d’avoir un échange direct, transparent et de confiance avec leurs clients. C’est la seule façon de créer un système alimentaire qui soit bon pour nous, les humains, et pour la planète.

Des produits frais, des prix équitables et un contact direct avec les producteurs régionaux Marktschwärmer est le point de contact des consommateurs passionnés par les produits alimentaires bons et équitables. Le réseau décentralisé crée un lien direct entre les producteurs et les consommateurs d’une région : les clients commandent facilement dans la boutique en ligne de leur Schwärmerei locale sur www.marktschwaermer.de. Un jour par semaine, ils viennent ensuite chercher leurs achats frais dans un lieu central de leur quartier et rencontrent les personnes qui produisent les produits qu’ils ont achetés. Les aliments servis à Marktschwärmer proviennent d’agriculteurs, d’artisans alimentaires et de petits fabricants locaux. En moyenne, la distance de transport entre le lieu de production et le Schwärmerei ne dépasse pas 30 km. Cela crée une chaîne d’approvisionnement très courte et robuste pour l’approvisionnement de base régional. Et en commandant à l’avance, on évite le gaspillage alimentaire, car on ne livre que ce qui est vendu.

La réussite de Marktschwärmer est un motif de célébration

Avec déjà 114 Schwärmereien ouvertes en janvier 2021 et 94 autres Schwärmereien en construction, Marktschwärmer peut se prévaloir de nombreux succès. Au cours de ses 6 années d’existence, l’organisation a rassemblé plus de 1 800 producteurs allemands, les hôtes de Schwärmerei ont organisé plus de 11 600 distributions de nourriture et convaincu plus de

140 000 consommateurs à utiliser la plateforme. Depuis le début de la pandémie, l’intérêt des consommateurs a fortement augmenté et les commandes ont presque doublé par rapport à l’année précédente en 2019. En conséquence, les producteurs* ont connu une croissance de +120% de leurs ventes globales. Aujourd’hui, plus de 6 000 ménages allemands achètent une grande partie de leurs produits alimentaires hebdomadaires par l’intermédiaire des gushers.

Jacques Wecke, chef de projet Allemagne de Marktschwärmer, explique : « L’année 2020 nous a présenté, comme beaucoup, de grands défis. Cependant, cette situation exceptionnelle a rendu notre communauté des producteurs indépendants, des hôtes inspirants et des consommateurs conscients encore plus forte. Nous nous sommes sensiblement rapprochés de notre objectif, car malgré les règles de distance et la réduction des contacts personnels, notre réseau s’est fortement développé. Nous voulons maintenant nous appuyer sur ce succès et nous concentrer davantage sur l’aspect de notre communauté afin que notre réseau continue d’être aussi populaire après la pandémie. »

Les faucons du marché Allemagne

Equanum GmbH
Laura Kozlowski
Boxhagener Str. 82a
Téléphone : 0176 57 94 23 83
10245 Berlin
E-mail : kommunikation@marktschwaermer.de Site web : marktschwaermer.de

Blog : Nousnous extasions devant labonnenourriture        

KUKUS Projet NIG – Nouveau dans le secteur de l’hôtellerie et de la restauration

Dans le cadre de notre projet, nous vous proposons un cours d’allemand axé sur le travail, l’enseignement de thèmes importants de l’éducation de base (mathématiques, informatique, excursions, sport) et un stage pratique dans nos restaurants ou dans des hôtels.

Le projet NiG est réalisé en coopération avec l’Oberstufenzentrum Gastgewerbe Brillat-Savarin Schule. Deux jours par semaine, les cours d’allemand professionnels et pratiques ont lieu à l’OSZ Gastgewerbe et deux jours par semaine, vous participez à la formation pratique dans nos restaurants de la kiezküchen gmbh. La formation de base a également lieu un jour par semaine à la kiezküchen gmbh.

Vous pouvez rester dans le projet pendant 3 à 12 mois. Nous vous préparons à la formation et organisons des stages et des apprentissages dans les hôtels et restaurants de Berlin.

La participation est gratuite pour vous.

Le formateur pratique Mohammad – Celui qui sait vraiment ce qui compte ! Notre nouveau formateur pratique dans le cadre du projet NIG – New in the hospitality industry.

Le regard alerte et le sourire amical, Mohammad est assis à une table dans le stadionterrassen, sous le temps maussade de Berlin. « Je suis satisfait lorsque je peux aider d’autres personnes. Si j’ai aidé une seule personne, j’ai déjà gagné ». De grands mots forts – si vous connaissez l’histoire de Mohammad, vous comprenez qu’il est plus qu’un simple formateur pratique dans le cadre du projet NIG – New in Hospitality. C’est quelqu’un qui comprend vraiment les craintes, les problèmes et les difficultés des réfugiés qui viennent en Allemagne.

L’histoire de la vie de Mohammad est mouvementée. Né de parents afghans en Iran, il a ressenti la dureté du régime dès l’adolescence. À l’âge de 16 ans, il a travaillé dans la sécurité en Iran. L’interdiction de continuer à fréquenter l’école a contraint Mohammad, qui voulait davantage pour sa vie, à fuir et à franchir ainsi une étape difficile : s’éloigner de l’Iran. Loin de ses parents.

Des amis et des connaissances ayant déjà fui au Canada en 2015, le pays lointain est également devenu sa destination. La même année, il a fui vers la Grèce en tant que réfugié en bateau. Plusieurs autres pays et détentions, collecte de données, prise d’empreintes digitales, extorsion et trahison ont suivi. Mohammad a traversé à pied la Macédoine, la Serbie, la Hongrie, l’Autriche et enfin l’Allemagne – toujours avec sa destination en tête : le Canada.

« L’Allemagne n’a jamais été ma destination. En Grèce, tout le monde vous dit que si vous êtes un Schwarzkopf, vous serez battu à mort en Allemagne. »

Mais les choses se sont révélées différentes : Mohammad connaît des gens partout, dont beaucoup qu’il a rencontrés lors de son vol en Grèce.


Une connaissance lui conseille de se faire enregistrer comme réfugié à Berlin. Mohammad a suivi ce conseil. Un autre ami ne cessait d’insister sur le fait qu’il devait apprendre l’allemand. L’allemand, la langue que Mohammad décrit comme n’
ayant « aucune vraie lettre » et étant « beaucoup trop difficile ». Pourtant, il se bat. Il apprend l’allemand dans son logement de réfugié à Charlottenburg. Aujourd’hui encore, il parle avec fierté de son professeur d’allemand, qui lui a enseigné une grammaire allemande presque parfaite.

Dans le logement des réfugiés, il entre également en contact avec le projet Hospitalité. Ce projet aide les réfugiés à s’insérer sur le marché du travail allemand et les place dans des apprentissages et des emplois dans les hôtels et restaurants de Berlin. Il propose également des cours et des stages d’allemand.

Pendant cette combinaison de cours d’allemand et de stage, Mohammad a également rencontré Alexander Fourestié de kiezküchen. Après plusieurs stages et qualifications d’entrée dans les cuisines d’hôtels berlinois, Mohammad achèvera sa formation de chef cuisinier à l’hôtel Marriott à l’automne 2019.

L’idée de travailler comme formateur pratique pour le projet NIG est venue d’Alexandre Fourestié . Le projet NiG – Neu im Gastgewerbe soutient les jeunes réfugiés ayant peu de connaissances en allemand et qui souhaitent effectuer un apprentissage dans le secteur de l’hôtellerie.

Ce projet est plus qu’un travail pour Mohammad. C’est une affaire de cœur. Mohammad exprime que bien qu’il existe de nombreux projets et offres pour les réfugiés, ils sont « sans nom » et « pas assez formés ». « A quoi ça sert d’apprendre la grammaire en théorie et de rester en silence, à couper des poivrons, dans la cuisine ? ».
NIG est différent : ici, les participants reçoivent « ce dont ils ont besoin ». Soutien, encouragement et perspective professionnelle ciblée.

Mohammad est heureux en tant que formateur pratique et s’est également fait à l’idée de l’Allemagne. Il se sent toujours sans abri, mais le bonheur d’avoir sa propre petite famille en Allemagne transparaît dans chacun de ses mots.

Si quelqu’un lui avait dit il y a dix ans qu’il se formerait un jour pour devenir chef cuisinier, il ne l’aurait jamais cru. En fait, il avait toujours rêvé de devenir pilote.

Ce qui n’est pas, peut toujours être, si quelqu’un montre autant d’ambition.

Contact :

Consultant Tibor Ungerkiezküchen
centre gastronomique et éducatif

stadionterrassenJesse-Owens-Allee
214053 Berlin (Charlottenburg)
mobil. +49-176-10201337
tunger@bildungsmarkt.org

KUSKUS Cuisine de Rathenow

Les kiezküchen fournissent chaque jour aux réfugiés des aliments frais et savoureux.

Le nombre de réfugiés à prendre en charge dans la capitale a fortement augmenté. Les défis associés à cette situation sont multiples. Au moins dans le domaine de la restauration, les kiezküchen peuvent apporter leur aide grâce à leur compétence principale et ont pris en charge la fourniture de trois repas par jour aux réfugiés dans trois premiers logements.

Le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner doivent non seulement fournir de la nourriture aux réfugiés, mais aussi…être associé à l’anticipation d’une nourriture savoureuse trois fois par jour. En novembre 2015, l’alimentation de 160 personnes a commencé dans un premier abri à la Gürtelstrasse. En mars 2016, deux autres hébergements ont été ajoutés dans la Woelckpromenade avec 150 réfugiés et dans la Wichertstrasse avec 100 réfugiés.

La cuisine de Rathenow, qui est par ailleurs principalement utilisée pour nourrir les sans-abri, et le restaurant orania transforment dans leurs cuisines des aliments spécialement adaptés aux musulmans.

…la prise en charge des sans-abri par les kiezküchen et ce que cela signifie pour des centaines de personnes :

200 collations saines pour les écoles de Berlin Mitte,
120 repas pour les sans-abri,
500 soupes dans les bureaux
et cela chaque jour pour les enfants et les sans-abri, pour lesquels notre gastronomie n’est pas qu’une simple restauration.

Dans la cuisine de Rathenow, des personnes bénéficiant de mesures de formation et d’emploi, des réfugiés et des personnes ayant des difficultés d’apprentissage fournissent aux sans-abri des aliments chauds provenant des dons alimentaires de Berliner Tafel e.V., Gezer Fleischmanufaktur et Fresco GmbH.

Le Rathenower Straße 16 –

qui (ré)ouvre des opportunités professionnelles pour certains et, pour d’autres, représente un soutien, des conseils et un lieu de rencontre permanent, au-delà d’un service de restauration. Tous les jours.

Les participants des projets de formation des kiezküchen  cuisinent les plats en collaboration avec des instructeurs et des chefs hautement qualifiés et expérimentés.

Les éducateurs sociaux et spécialisés du lieu sont les personnes de contact pour les besoins des participants et des invités de la cuisine Rathenower.

Le retour d’expérience des premiers logements nous encourage à répandre un peu de joie parmi les gens en fournissant une cuisine délicieuse et fraîche.

Contact :

Gestion gastronomique

Siège social de kiezküchenHans-Joachim Parschke
Nordendstraße
5013156 Berlintel
. +49-30-48522355fax
. +49-30-48522350
kiezkuechen@bildungsmarkt.de

KUSKUS Projet Hospitalité

Formation et emploi pour les jeunes réfugiés dans le secteur de l’hôtellerie à Berlin.

Depuis le 1er août 2015, le projet modèle de kiezküchen gmbh, en collaboration avec DEHOGA Berlin, aide les réfugiés à prendre pied sur le marché de la formation et du travail berlinois. De nombreux réfugiés ont une expérience professionnelle et rencontrent un secteur dans lequel les employés du monde entier font partie du quotidien.

Comment le projet fonctionne-t-il ? Après une consultation détaillée sur les exigences, les activités et les perspectives de carrière dans le secteur de l’accueil, un profil de compétences des participants est créé. Les cours d’allemand qui suivent et le stage dans les restaurants kiezküchen constituent le premier test pour leur entrée dans le secteur de l’hôtellerie. Si le niveau d’allemand est bon (généralement B1), le processus de rapprochement entre le candidat et l’entreprise commence par un stage.

En janvier 2017 : 27 contrats de formation, 8 participants en cours de qualification, 13 participants en emploi.

Mohammad Alam (photo ci-dessus) est arrivé à Berlin en 2013 en tant que réfugié mineur non accompagné du Bangladesh. En plus des cours d’allemand et après un stage au kiezküchen, il a effectué un stage d’octobre 2015 à janvier 2016 (Novotel Berlin Am Tiergarten), qui devait déboucher sur un apprentissage de directeur d’hôtel. Toutefois, la situation en matière de séjour s’est avérée complexe et a nécessité de nombreuses visites auprès des autorités. Après que tous les problèmes aient été résolus, Mohammad a commencé sa formation le 1er février 2016.

Immédiatement après avoir fui le Sahara occidental, Abdalah Elguiar Amar (photo ci-dessous) a déposé une demande d’accueil en septembre 2015. Avec 20 autres participants au projet, il a appris l’allemand de manière intensive, à partir de zéro, au cours des mois suivants et a eu un aperçu du travail de cuisinier dans les kiezküchen. Début novembre, il a profité de la journée portes ouvertes de l’hôtel Mercure Berlin City, qui était organisée spécialement pour les participants à notre projet. En discutant avec le directeur de l’hôtel, Philip Ibrahim, il a postulé pour un stage, qui a débuté quelques jours plus tard et s’est transformé en une qualification de premier niveau. Le 1er septembre 2016, il a commencé sa formation de cuisinier.

Contact :

centre éducatif de kiezküchen waldenserstraße
Alexander Fourestié
Waldenserstrasse 2-4
10551 Berlin
tél. +49-30-39739169
afourestie@bildungsmarkt.org
www.hospitality-berlin.de